Clin d’œil économique

Dans la région du Bas-Saint-Laurent, les communautés côtoient la forêt de près. Cette proximité est une caractéristique importante de notre développement économique régional. «La forêt bas-laurentienne a été l’objet d’un aménagement forestier intensif au cours des 30 dernières années.» (MRNF, 2009) Elle compte aujourd’hui parmi les mieux aménagées au Québec et possède les atouts nécessaires pour continuer à soutenir l’industrie forestière, ainsi que les activités fauniques et récréotouristiques dans les années à venir.

Aménagement forestier et récolte de bois

L’aménagement forestier et la récolte de bois sont des activités économiques importantes dans la région. On estimait, en 2003, que l’ensemble du secteur récolte, aménagement et services forestiers (soutien au secteur forestier) créait 3193 emplois en 2003, équivalant à 1325 personnes-année (EcoTec Consultants 2005). Les emplois créés se trouvent dans toutes les MRC, mais ce sont dans les MRC de la Matapédia et de Témiscouata où les emplois générés sont les plus importants (CRRNT, 2009). On comprend donc l’importance de ce secteur d’activité dans la région, particulièrement pour les communautés rurales forestières.

Industrie forestière

La structure industrielle forestière de la région est très diversifiée comptant quatre usines de pâtes et papiers, une usine de panneaux, 11 scieries de SEPM, trois scieries de cèdre, deux scieries de feuillus durs, une usine de charbon de bois, huit scieries de feuillus mous et plus d’une centaine de petites usines de seconde transformation fabriquant divers produits en bois (OFBSL 2005). Même si la forêt privée occupe près de 50 % de son territoire, la région du Bas-Saint-Laurent abrite un couvert forestier public à fort potentiel industriel. Contrairement à ce qui se produit dans d’autres régions forestières, ce sont les entreprises de type familial qui transforment la quasi-totalité des bois récoltés. (MRNF 2009)

Ressources fauniques

Au Bas-Saint-Laurent, l’exploitation des ressources fauniques remonte à plusieurs siècles, bien avant les débuts de la colonisation. À ce titre, la faune a été, bien avant le bois, la ressource la plus importante pour la population locale. D’abord un moyen de subsistance, l’exploitation des ressources fauniques est devenue au fil des années une activité récréative contribuant au développement social (loisir) et économique (dépenses des adeptes locaux et des touristes) de la région. (CRRNT, 2009)

En 2004, la région comptait environ 24 000 pêcheurs et tout autant de chasseurs, ainsi que 38 000 adeptes d’activités liées à l’observation faunique (MRNF 2004). Les principales espèces fauniques exploitées associées au milieu forestier sont l’orignal, le cerf de Virginie et l’ours noir dans la catégorie des grands gibiers, le lièvre d’Amérique et la gélinotte huppée et, dans une moindre mesure, la bécasse d’Amérique dans celle des petits gibiers. Enfin, le saumon atlantique, l’omble de fontaine et le touladi sont les principaux poissons prélevés dans les activités de pêche sportive. Il faut aussi mentionner les espèces identifiées aux activités de piégeage que sont la martre d’Amérique, le lynx, le castor, la belette, et autres animaux à fourrure. (CRRNT, 2009)

 
Abonnez-vous par courriel

Activités en vedette

d'octobre à avril

Tournée des écoles

Un naturaliste dans votre école, pour les jeunes de 8 à 17 ans.[En savoir plus]


Tournoi de golf bénéfice

Merci aux participants de la 20e édition de notre tournoi![En savoir plus]


Présentement

Vente d'articles aux couleurs de l'Association forestière

De beaux articles pour vous et un moyen de financement pour nous.[En savoir plus]


présentement

Campagne de financement

Appuyez nos activités d’éducation et de sensibilisation auprès des jeunes et du grand public[En savoir plus]


Passionné de la forêt? Venez-nous dire pourquoi en quelques mots.