Flash forêt

La forêt du Bas-Saint-Laurent fait partie du paysage et de la culture des gens d’ici.
Cette section présente de l’information sur divers aspects de notre forêt régionale.

 

Carte des domaines bioclimatiques au Bas-Saint-Laurent.
Source :
MFFP, Direction de la gestion des forêts du Bas-Saint-Laurent.

Type de forêts

La forêt bas-laurentienne est majoritairement occupée par le domaine de la sapinière à bouleau jaune. Cependant, une petite partie située à l’extrémité est du territoire est représentée par la sapinière à bouleau blanc, et une mince lisière longeant le fleuve Saint-Laurent à l’extrémité ouest de la région est colonisée par l’érablière à tilleul et l’érablière à bouleau jaune. Le portrait de la forêt du Bas-Saint-Laurent est donc caractérisé en majeure partie par la forêt mélangée.

 

Utilisations des ressources naturelles

Les utilisations des ressources naturelles de notre région sont multiples :

  • aménagement forestier et récolte de bois
  • aménagement et exploitation des ressources fauniques
  • activités récréatives et de villégiature
  • acériculture
  • exploitation à des fins énergétiques (biomasse, énergie éolienne, électricité)
  • exploitation de la tourbe
  • récolte de produits forestiers non-ligneux, etc.

Le Bas-Saint-Laurent fait partie des régions du Québec où les ressources naturelles offrent un potentiel de développement tangible. Comme il existe une très grande diversité d’usages pour le même territoire, c’est tout un défi d’harmonisation pour les gestionnaires de la forêt !

 

Nature et tenure du territoire

Au Bas-Saint-Laurent, la forêt occupe 85,1 % (19 304 km2) de la superficie du territoire, suivie de l’agriculture avec 2 398 km2 (10,6 %) et des cours d’eau (lacs, rivières, ruisseaux) avec 525 km2 (2,3 %). Le reste de la superficie (2 %) est occupé par des terrains non forestiers de divers types (tourbières, gravières, habitations, lignes de transmission électrique, etc.).

Répartition des différents types de terrain dans le Bas-Saint-Laurent
Source: Plan régional de développement intégré des ressources et du territoire du Bas-St-Laurent (Diagnostics préliminaires), Commission région. sur les ressources naturelles et le territoire, 2009. 

Dans notre région, la proportion des terres privées et des terres publiques est presque semblable : 51 % sont de tenure publique alors que les petites et les grandes propriétés privées couvrent respectivement 44 % et 5 % du territoire. Toutefois, 59 % des superficies forestières de la région se trouvent en terres publiques. (CRRNT, 2009)

 

Clin d’œil économique

Dans la région du Bas-Saint-Laurent, les communautés côtoient la forêt de près. Cette proximité est une caractéristique importante de notre développement économique régional. La forêt bas-laurentienne a été l’objet d’un aménagement forestier intensif au cours des 40 dernières années. Elle compte aujourd’hui parmi les mieux aménagées au Québec et possède les atouts nécessaires pour continuer à soutenir l’industrie forestière, ainsi que les activités fauniques et récréotouristiques dans les années à venir.

Aménagement forestier et récolte de bois

L’aménagement forestier et la récolte de bois sont des activités économiques importantes dans la région. En 2014, le secteur forestier représentait 18% du PIB du Bas-Saint-Laurent. On estimait, en 2016, que l’ensemble du secteur « récolte, aménagement et services forestiers » créait 4 840 emplois, répartis comme suit : 15% en aménagement forestier (incluant la récolte), 38% en 1ère transformation et 47% en 2ième et 3ième transformation. (MFFP) Les emplois générés se trouvent dans toutes les MRC, mais ce sont dans les MRC de La Matapédia et de Témiscouata où le nombre d’emplois sont les plus importants. On comprend donc l’importance de ce secteur d’activité dans la région, particulièrement pour les communautés rurales forestières.

Industrie forestière

La structure industrielle forestière de la région est très diversifiée, comptant 22 scieries, 4 usines de pâtes, papiers et panneaux, une usine de charbon de bois, 2 scieries de bardeaux, une usine de paillis, une entreprise de bûches énergétiques ainsi que 82 usines de 2ième transformation. (MFFP) Même si la forêt privée occupe près de 50 % de son territoire, la région du Bas-Saint-Laurent abrite un couvert forestier public à fort potentiel industriel. Contrairement à ce qui se produit dans d’autres régions forestières, ce sont les entreprises de type familial qui transforment la quasi-totalité des bois récoltés.

Ressources fauniques

Au Bas-Saint-Laurent, l’exploitation des ressources fauniques remonte à plusieurs siècles, bien avant les débuts de la colonisation. À ce titre, la faune a été, bien avant le bois, la ressource la plus importante pour la population locale. D’abord un moyen de subsistance, l’exploitation des ressources fauniques est devenue au fil des années une activité récréative contribuant au développement social (loisir) et économique (dépenses des adeptes locaux et des touristes) de la région. (CRRNT, 2009)

En 2017, la région comptait 36 750 pêcheurs et 19 950 chasseurs, ainsi que des milliers d’adeptes d’activités liées à l’observation faunique. (MFFP) Les principales espèces fauniques exploitées associées au milieu forestier sont l’orignal, le cerf de Virginie et l’ours noir dans la catégorie des grands gibiers, le lièvre d’Amérique et la gélinotte huppée et, dans une moindre mesure, la bécasse d’Amérique dans celle des petits gibiers. Enfin, le saumon atlantique, l’omble de fontaine et le touladi sont les principaux poissons prélevés dans les activités de pêche sportive. Il faut aussi mentionner les espèces identifiées aux activités de piégeage que sont la martre d’Amérique, le lynx, le castor, la belette, et autres animaux à fourrure (CRRNT, 2009)

Acériculture

Le Bas-Saint-Laurent est la deuxième région en importance au Québec en termes de nombre d’entailles et de production. Avec 547 entreprises acéricoles réparties sur le territoire, nous avons un fort lien d’attachement avec les érablières de notre région. En 2016, le Bas-Saint-Laurent produisait 24 millions de livres de sirop d’érable annuellement, soit 12% de la production mondiale. (Fédération des producteurs acéricoles, 2016) L’acériculture au Bas-Saint-Laurent, c’est une industrie d’envergure!

Liens utiles